Donate

Saporta Isabelle - Le livre noir de l'agriculture


Auteur : Saporta Isabelle
Ouvrage : Le livre noir de l'agriculture Comment on assassine nos paysans, notre santé et l'environnement
Année : 2011

Lien de téléchargement : Saporta_Isabelle_-_Le_livre_noir_de_l_agriculture.zip

Vous souvenez-vous des Shadoks ? Ces étranges oiseaux qui passaient leur vie à pomper, pomper, pomper et à inventer des machines toujours plus absurdes pour résoudre leurs problèmes… Ridicules ? Et pourtant, les Shadoks, aujourd’hui, c’est nous, ou plutôt notre agriculture. Dépensière en eau et en pesticides, pollueuse, onéreuse, elle sacrifie les paysans et met leur santé et la nôtre en danger. Malgré son coût prohibitif — le budget de la politique agricole commune atteint 57 milliards d’euros en 2010, soit 44 % du budget de l’Union —, l’agriculture actuelle ne respecte ni le pacte social qui la lie aux paysans, ni le pacte environnemental qui la lie aux générations futures, ni même le pacte de santé publique qui la lie à nous tous. Les agriculteurs ne s’en sortent plus. Les ressources d’eau sont gaspillées, polluées. Nous retrouvons chaque jour dans nos assiettes notre dose de pesticides et autres résidus médicamenteux. La confiance est perdue. L’agriculteur est injustement voué aux gémonies, lui qui n’est que le bouc émissaire d’un système qu’il subit. La conclusion semble s’imposer : puisque notre agriculture pose plus de problèmes qu’elle n’en résout, il est urgent de changer de cap et de revenir à davantage de raison. Trop simple. Si tout le monde s’accorde sur le constat d’échec, aucun responsable politique ne veut prendre le risque de s’attaquer aux fondements de l’agriculture intensive. On préfère continuer à pomper, ou plutôt à creuser la tombe des agriculteurs, et la nôtre avec. Un constat excessif ? Non, simplement lucide. Il suffit de prendre le temps de regarder autour de soi. Prenons l’exemple du porc. J’ai choisi de le développer dans cet ouvrage car il est symptomatique de tous les excès de l’élevage industriel. Dans le porc, comme dans la volaille, les tenants d’une agriculture intensive ont choisi de « rendre productif » l’animal de rente. Il a donc fallu se débarrasser de tous les élevages à taille humaine, jugés trop passéistes. On a préféré concentrer les animaux au sein de bâtiments high-tech qui ont coûté les yeux de la tête aux éleveurs. Aujourd’hui, ces derniers sont incapables de rembourser leurs emprunts. Pour s’en sortir, ils cherchent à produire toujours plus, dans le fol espoir de gagner plus. Mais les lois du marché sont ainsi faites que plus l’offre est importante, plus les prix sont bas. La quantité ne paie pas, la qualité si. Cependant, de cette dernière, les éleveurs de porcs se sont progressivement éloignés. Comme les porcs ont été parqués dans des espaces exigus et qu’ils échangent miasmes et maladies en tout genre, ils passent leur vie sous perfusion d’antibiotiques. C’est un fait, l’élevage concentrationnaire ne tient pas sans béquille médicamenteuse. Enfin, comme il fallait tasser des animaux toujours plus nombreux dans des espaces toujours plus restreints, on a rationalisé l’élevage. En d’autres termes, on a essayé de standardiser le vivant. Sans pressentir qu’il finit toujours par se rebeller quand on cherche trop à le contraindre. Tout a commencé quand de savants agronomes ont décidé de jeter la paille aux orties, le fumier aux oubliettes, et de mettre à l’honneur le caillebotis. Grâce à ce grillage sur lequel les animaux s’agglutinent, leurs déjections glissent sous eux. Non seulement la bête vit confinée dans d’atroces odeurs d’ammoniac et d’excréments, mais ce mélange douteux, baptisé lisier, est une véritable plaie pour l’environnement. Que faire ? Revenir à des élevages à taille humaine, sur paille, et tuer dans l’oeuf le problème posé par le lisier ? Vous n’y pensez pas ! Shadok un jour, Shadok toujours. Les politiques ont, au contraire, encouragé et subventionné les élevages pour qu’ils s’agrandissent davantage encore. Insensé ? Pas dans une logique de l’absurde. Pour les pouvoirs publics, il était hors de question de revenir en arrière, mais il fallait effectivement venir à bout de ce problème de lisier. Un chercheur fou a alors eu l’idée géniale de créer des stations de retraitement des excréments. Mais celles-ci nécessitaient des investissements colossaux. Il fallait donc les adosser à des élevages gigantesques. Au final, pour résoudre le problème posé par le lisier, on a agrandi les élevages et aggravé la situation. Pollution de l’eau et algues vertes sont devenus le lot quotidien de la région Bretagne. De plus, comme on a éloigné les bêtes des prairies pour les concentrer dans des élevages hors sol, il a fallu trouver un moyen astucieux et peu onéreux de les nourrir toute l’année : le maïs. On avait simplement omis un petit détail : le maïs consomme une quantité d’eau astronomique. Pourquoi en a-t-on planté partout, alors ? Et surtout, comment se fait-il que les agriculteurs le trouvent si rentable ? Parce qu’il l’est, à partir du moment où ce ne sont pas les paysans qui paient la facture d’eau, mais nous, pauvres consommateurs. On paie notre nourriture et la facture d’eau nécessaire à sa production. Ce n’est pas tout. Le maïs ne va pas sans soja. Cette dépendance expose les revenus de nos agriculteurs aux aléas des marchés mondialisés et ruine les petits paysans du bout du monde, contraints de produire pour nos bêtes plutôt que pour nourrir leurs familles. Le régime maïs-soja que l’on sert à nos animaux de rente est truffé d’oméga 6 et manque cruellement d’oméga 3. Or ce déséquilibre est cause d’obésité et favorise cancers et maladies cardio-vasculaires. Après la facture alimentaire et écologique, le consommateur paie donc, au prix fort, la facture santé. De la pomme aux tomates, du blé aux pommes de terre, tous les secteurs de l’agriculture, tout ce qui compose notre assiette est produit en dépit du bon sens. Au final, un agriculteur exsangue et désespéré, un consommateur suspicieux à raison, et une facture sociale, environnementale et de santé publique astronomique. Dans cet essai, j’ai voulu mettre au jour l’absurdité du système, en remontant de la fourche à la fourchette, du cours d’eau pollué jusqu’aux cancers environnementaux provoqués par les pesticides, des animaux trop traités jusqu’à l’antibiorésistance. Il me paraissait crucial de démonter ces rouages fous qui nous ont poussés à faire continuellement les mauvais choix. Autant de décisions aujourd’hui lourdes de conséquences. Pourtant, il n’était pas question de se contenter de brosser un tableau alarmiste de notre agriculture. Bien que la gravité de la situation actuelle ne puisse être minimisée, des solutions existent. Elles sont simples et frappées au coin du bon sens. Il suffit de tendre l’oreille et de savoir écouter. N’entendez-vous pas le murmure de nos anciens ? Ceux qui connaissaient le monde d’avant son délire productiviste ? Ceux qui, chercheurs, agriculteurs et médecins, travaillent aujourd’hui d’arrache-pied à remettre les champs dans les sillons du bon sens paysan ? ...


Voir aussi

Soutenir le Site ! Le savoir n'est pas gratuit

Les ouvrages mis en partage sur ce site le sont gratuitement. Mais maintenir en ligne un tel site...

Continue reading

Moody Raymond - La vie après la vie

Auteur : Moody Raymond Ouvrage : La vie après la vie Année : 1975 Lien de téléchargement :...

Continue reading

Monroe Robert Allan - Journeys out of the body

Author : Monroe Robert Allan Title : Journeys out of the body Year : 1971 Link download :...

Continue reading

Gotzsche Peter - Remèdes mortels et crime organisé

Auteur : Gotzsche Peter C. Ouvrage : Remèdes mortels et crime organisé Comment l’industrie...

Continue reading

Watt Fiona - Je tricote

Auteur : Watt Fiona Ouvrage : Je tricote Année : 2008 Lien de téléchargement :...

Continue reading

La couture pour débutants

Auteur : Collectif d'auteurs Ouvrage : La couture pour débutants Année : 2004 Lien de...

Continue reading




ARYANA LIBRIS
Aryana Libris
Recension d'ouvrages au format numérique PDF